TARABUSTE Éditions

NOUVEAUTÉS

1 2 3

James Sacré

13/05/2023

James Sacré

Les livres dits de la suite marocaine, c'est-à-dire Un paradis de poussière, Une fin d'après-midi à Marrakech et Viens, dit quelqu'un sont représentatifs de la relation de James Sacré au Maroc, - on sait combien l'auteur doit à ce pays d'inspiration pour ces livres. Ces livres sont des gestes d'écriture, qui ne veulent rien expliquer, qui veulent seulement rencontrer, et continuer de s'étonner (heureusement ou pas), de découvrir et de se découvrir dans cette compagnie de l'autre, qui est l'hôte, ce mot qui met superbement ensemble l'autre et le même.

 

Revue de presse (en ligne) :

* Les découvreurs / Reprise de trois livres "marocains" de James Sacré aux Editions Tarabuste par Georges Guillain (30 juin 2023)

* remue.net / Une fin d'après-midi continuée par Jacques Josse (10 août 2023)

* sitaudis / Une fin d'après-midi continuée de James Sacré par François Huglo (29 août 2023)

* Décharge / I.D. n°1066 (1ère partie) / Quelqu'un et un pays (et une enfance) par Claude Vercey (13 octobre 2023)

* Décharge / I.D. n°1066 (2nde partie) / Quelqu'un et un pays (et une enfance) par Claude Vercey (14 octobre 2023)

 

ACHETER

Kristell Loquet / Jean-Luc & Titi Parant

06/04/2023

Kristell Loquet / Jean-Luc & Titi Parant

Leporello sous couverture : Texte de Kristell Loquet sur des œuvres de Jean-Luc & Titi Parant.

[...] « Nature immense, mère éternelle, à toi nos cœurs, nos chants joyeux. Divin reflet, ta beauté nous rappelle le Dieu puissant qui règne aux cieux. » C’est ce qu’on peut lire en palimpseste sur la petite partition manuscrite Hymne à la nature sur laquelle Jean-Luc a dessiné un bestiau par la bouche duquel sortent 482 petites boules claires et dont le corps est rempli de 986 petites boules plus foncées. J’en viens à chercher les divins reflets d’une nature qui engendre sans cesse, qui renaît constamment.[...] Kristell Loquet

 

ACHETER

Louis Dubost

01/04/2023

Louis Dubost

La vie, la mort : thèmes récurrents chez les poètes, rien de bien original donc. Mais c'est le "parce que" qui oriente Saison sans visage dont les citations (S. Heaney, D. Horvilleur, P. O. Enquist) mises en exergue au livre précisent les intentions. Dont on retiendra, de chacune, un terme ressassé dans l'écriture : rien, mots, maintenant.

 

Revue de presse (en ligne) :

* Décharge / Louis Dubost, Saison sans visage par Jacmo (6 mai 2023)

 

ACHETER

Françoise Clédat

01/04/2023

Françoise Clédat

Apparition d'une pandémie mortelle que double la découverte simultanée d'un cancer à un stade avancé. Confinement et finitude. Une quête poétique autant qu'existentielle menée à la frontière des arts et des sciences. Spécificité, conjugaison, interpénétration, pourvoyeuses du lexique d'apparentement des modes d'être, des ordres, des échelles. Du sensible à l'inerte, de l'animal au végétal au minéral, du microcosme au macrocosme, de la biologie cellulaire et sub-atomique à la cosmologie, de la physique quantique à la poésie, de "je" encore "je" à tout ce qui n'est plus "je". À la fin des fins, cœur battant, la quête est cette tentative de constituer un viatique afin d'envisager yeux grands ouverts l'énigme non résolue de ce moment où il ne battra plus. 

 

Revue de presse (en ligne) :

* Poesibao / Françoise Clédat, Les parentés inhumaines lu par Isabelle Baladine Howald ( 3 mai 2023)

* Décharge / Tenter un possible art de mourir (1ère partie) par Claude Vercey (13 juin 2023)

* Poesibao / Lettre à Françoise Clédat à propos de son livre Les parentés inhumaines par Jean-pascal Dubost (27 septembre 2023)

 

ACHETER

Théophile et Louise Barbu

22/03/2023

Théophile et Louise Barbu

Leporello sous couverture : Texte de Théophile Barbu sur des peintures de Louise Barbu.

[...] Aujourd’hui, les bruits de bottes résonnent à nouveau en Europe. Mars attaque, avec toute la fureur des belliqueux ; de ceux qu’Ovide décrit glissant dans une mare de sang. Songeant aux souffrances provoquées, la voie suivie par Louise Barbu pour surmonter les épreuves m’inspire comme une prouesse de résistance et de dépassement. Dépassement parce que les éléments abstraits de ses œuvres, refusant toute assignation, toute figuration sous une étiquette imposée, affirment l’audace et la créativité de leur lumière propre. [...] Théophile Barbu

 

ACHETER

Les saisons du poème I

22/02/2023

Les saisons du poème I

Les saisons du poème paraîtra  une fois l'an, et cristallisera le désir ancien de restituer en une sorte de panorama, la diversité des formes littéraires du poème, le parcours de son aventure, proche ou éloignée mais également les différents paysages qui composent la poésie vivante, active en ses rhizomes, s'écrivant, significative par ses manquements ou au contraire par sa surprésence sur les réseaux habituels du microcosme... ou encore à la recherche de nouvelles formes à venir. Les saisons du poème, c'est également une façon de faire le point, manière de bilan que présenter différentes écritures  dans différentes situations générationnelles, différentes formes et approches du poème, sa modernité ou au contraire, le retour à une certaine tradition, toutes questions qui traversent la poétique contemporaine et partant, interrogent notre propre pratique éditoriale. Concrètement, se trouvent ici rassemblés en un seul volume, cinq recueils de poèmes, sinon issus de la même génération, du moins dotés  de particularités incontestables, — et pas forcément en remorque de la philosophie —,  la poésie pense et se pense et pas nécessairement en collusion avec d'autres sciences, même si psychanalyse et philosophie y ont installé leur campement pour longtemps. Instrument supérieur de connaissance, la poésie est audace, révolution et source permanente d'énergie créatrice, littérairement à la confluence incandescente de la forme et du fond.

Rémi Froger - Poursuites

Luce Guilbaud - Retour de l'envers

Geneviève le Cœur - Sortie de nuit

Lionel-Edouard Martin - Posés là, peu mobiles

Jeanine Salesse - Au delà du paysage

 

Revue de presse (en ligne) :

* revue Décharge / I.D. n°1042 / Cinq visages de la poésie d'aujourd'hui (1ère partie) par Claude Vercey (22 mai 2023)

* revue Décharge / I.D. n°1042 bis / Cinq visages de la poésie d'aujourd'hui (suite et fin) par Claude Vercey (24 mai 2023

 

ACHETER

Christophe Lamiot Enos

22/02/2023

Christophe Lamiot Enos

Accompagner en mots une visite datant de 2011 sur le site du mémorial d'Oradour-sur-Glane, à partir de photographies prises alors, c'est tout d'abord se remémorer les histoires familiales, autant du côté maternel que du côté paternel et leurs Images afférentes ; une fois la gravité et la solennité du lieu reconnues ; ensuite, se positionner avec le plus d'honnêteté possible vis-à-vis d'une véritable terreur que les lettres ou la tradition culturelle entretiennent quant à la fin d'un premier XXe siècle en France et dans le monde plus généralement ; enfin et surtout, c'est tenter d'élaborer, de construire pour l'avenir, à travers un dialogue plus ou moins dans l'évidence avec sa fille Élisa, notamment, une sorte de viatique où le lieu de la mémoire ne soit pas seulement motif pour rester bouche bée et muet, mais plutôt élan vers un corps-à-corps entre soi et le monde alentour, sans cesse renouvelé, où l'Imagination, de se trouver en difficultés, fait valoir — malgré tout — son indéracinable, notre liberté.

 

ACHETER

Jean-Paul Bota

22/02/2023

Jean-Paul Bota

Cinq lieux sont évoqués dans le livre : Londres, Lisbonne, Nantes, Chartres et Airaines et même un sixième, semi-imaginaire : Airaines à Chartres. Mais s'il faut tout d'abord entendre le lieu au sens géographique, celui du pays, de la ville ou de la bourgade, il faut pareillement l'entendre au sens du lieu dans le lieu..., c'est-à-dire à la fois : Le lieu de la rue avec tout ce qui lui appartient, son histoire et ceux qu'on y croise ou que l'on continue de croiser sous forme d'ombres, leur fantôme qui continue d'habiter le lieu. Le lieu des monuments, des bibliothèques, du musée... et à l'intérieur même de celui-ci le lieu de la peinture, de la sculpture, de l'architecture... Le lieu de la peinture, ce pourra être celui de Turner, de Constable, de Hogarth, du Caravage, de Van Eyck, de Philippe Cognée... mais pas seulement. C'est aussi le lieu de leur biographie, celui où ils sont allés peindre... ou le lieu de l'atelier... Le lieu renvoie à toute forme de géographie qui peut être également celle du corps, celui du joggeur par exemple. A la façon de ces poupées gigognes emboîtées par définition les unes dans les autres, le lieu est celui qui se décline au sens où il contient en lui-même d'autres lieux, qui renferment eux-mêmes d'autres lieux, etc. Lieux pluriels qui sont aussi ceux de la mémoire, du rêve, de l'Invitation au Voyage... et pour reprendre Gracq, qui nous mènent sur Le Grand chemin, celui du poète-piéton, des habitudes marcheuses où l'on amasse et écrit le poème en marchant, en écrivant...

 

Revue de presse (en ligne) :

* remue.net / Lieux par Jacques Josse (10 avril 2023)

* revue phœnix / note de lecture Lieux, jean-Paul Bota par Etienne Faure (avril 2023)

* 30' d'!nsomn!e / Jean-Paul Bota, Lieux par jacques Vincent (4 mai 2023)

* Poesibao / Jean-Paul Bota, Lieux lu par Michaël Bishop (5 mai 2023)

 

ACHETER

Alexis Pelletier

29/01/2023

Alexis Pelletier

d’où ça vient – sans majuscule et sans ponctuation, donc. Pour tenter de définir le lyrisme. Ou plutôt ébaucher une réponse à cette tentation : faire entrer la multiplicité de la perception de ce qui entoure et de creuser encore – en s’adressant à l’autre, c’est-à-dire au plus intime de ce qui est tu – ce qui aujourd’hui apparaît comme un conflit irréductible entre l’asphyxie et la nécessité d’y voir un peu plus clair dans ce monde. d’où ça vient. Ce sont des indices du monde qui sont rassemblés là : ils reviennent sans cesse et creusent le présent. Mais leur origine à jamais est reportée. une impression de toujours déjà lu… Ou plutôt quelque chose du vieux fantasme de tout faire entrer dans le poème : l’altérité ou l’engagement dans le monde, la détermination et l’humilité de la confrontation aux mots, l’indignation voire le refus et, bien sûr l’amour.

 

Revue de presse (en ligne) :

* Diacritik / A la frontière (8) - poésie etc. par Christian Rosset (15 mars 2023)

* Sitaudis / D'où ça vient d'Alexis Pelletier par Patrick Beurard-Valdoye (7 avril 2023)

* Décharge / Alexis Pelletier : d'où ça vient (Tarabuste) par Jacmo (13 avril 2023)

* lelitteraire.com / Alexis Pelletier, d'où ça vient par Jean-Paul Gavard-Perret (27 avril 2023)

* Poesibao / Alexis Pelletier, d'où ça vient lu par Antoine Bertot (3 mai 2023)

* Remue.net / Résonances par Pierre Drogi (5 mai 2023)

 

ACHETER

Gabriel Zimmermann

04/01/2023

Gabriel Zimmermann

La nuit où nous basculons d'une année à l'autre, un petit garçon, accompagné de son grand frère, se retrouve seul lorsque celui-ci est emporté par une foule en fête. Un jeune homme l'aperçoit, va à lui, le prend dans ses bras et lui promet qu'il reverra bientôt son aîné. L'aventure commence...

 

ACHETER

James Sacré / Philippe Cognée

25/11/2022

James Sacré / Philippe Cognée

Exemplaire de tête : un tirage limité à 50 exemplaires avec une lithographie signée de Philippe Cognée.

2022 / ISBN 978-2-84587-597-5 / Cet ouvrage est composé d'aquarelles réalisées par Philippe Cognée accompagnées par des poèmes de James Sacré. Seuls les textes en regard des illustrations sont imprimés en une manière de palimpseste sur un feuillet remplié, grecqué et collé, dos inversé.

 

ACHETER

Antoine Emaz / Djamel Meskache

16/10/2022

Antoine Emaz / Djamel Meskache

Tirage limité à 30 exemplaires sous étuis accompagnés d'un dessin original de Djamel Meskache.

2022, 170 p. / ISBN 978-2-84587-596-8 / "Peu de temps avant sa disparition, nous avions longuement évoqué ce dernier manuscrit alors en chantier. Depuis, Antoine Emaz nous a quittés ; on ne sait s'il a pu y travailler comme il aurait aimé à le faire, menant jusqu’à son terme, de mouture en mouture, le livre en cours. Mais ce qui reste, c’est qu’après avoir eu la chance d’éditer son premier livre de poèmes, Tarabuste s’honore de l’amitié qu’ Antoine Emaz lui fait en lui confiant son dernier manuscrit. ERRE est un grand livre, qui touche aux valeurs de beauté, de courage et d’humanité. L’essentiel d’une vie d’artiste." D. M.

 

Le Centre National du Livre (commission poésie juin 2022) souligne : "Un très grand manuscrit, touchant. Un livre conséquent, dont la clarté, la limpidité sont bouleversantes. Une dimension testamentaire sans pathos."

 

Revue de presse (en ligne) :

* François Bon, le tiers livre / Antoine Emaz posthume, Erre / YouTube (4novembre 2022)

 

 

* revue Décharge / I.D. n°1018 Éteindre par Claude Vercey (17 novembre 2022)

* En attendant Nadeau / Antoine Emaz, le choix du peu par Marie Etienne (30 novembre 2022)

* Poezibao / (Note de lecture) Antoine Emaz, Erre par Alexis Pelletier (2 décembre 2022)

* Poezibao / (Note de lecture) Antoine Emaz, Erre par Christian Travaux (14 décembre 2022)

* En attendant Nadeau / A l'écoute (8 février 2023)

* Poesibao / Lettre à Antoine Emaz à propos de Erre par Jean-Pascal Dubost (13 février 2023)

* Le Matricule des anges n°240 - février 2023 (Critique Poésie) / Frères, qui après nous vivez... par Emmanuel Laugier

* Terre à ciel / Hep ! Lectures fraîches ! Erre, Antoine Emaz par Cécile Guivarch (février 2023)

* Terre à ciel / Repaires, repères - Erre, Antoine Emaz par Françoise Delorme (février 2023)

* Le Temps / Caractères - Réponses à la nuit par Julien Burri (29 avril 2023)

 

ACHETER

Antoine Emaz

15/10/2022

Antoine Emaz

" Peu de temps avant sa disparition, nous avions longuement évoqué ce dernier manuscrit alors en chantier. Depuis, Antoine Emaz nous a quittés ; on ne sait s'il a pu y travailler comme il aurait aimé à le faire, menant jusqu’à son terme, de mouture en mouture, le livre en cours. Mais ce qui reste, c’est qu’après avoir eu la chance d’éditer son premier livre de poèmes, Tarabuste s’honore de l’amitié qu’ Antoine Emaz lui fait en lui confiant son dernier manuscrit. ERRE est un grand livre, qui touche aux valeurs de beauté, de courage et d’humanité. L’essentiel d’une vie d’artiste. D. M.

Une version de tête est disponible dans un tirage limité à 30 exemplaires sous étuis et numérotés, accompagnés d'un dessin original de Djamel Meskache.

 

Le Centre National du Livre (commission poésie juin 2022) souligne : "Un très grand manuscrit, touchant. Un livre conséquent, dont la clarté, la limpidité sont bouleversantes. Une dimension testamentaire sans pathos."

 

Revue de presse (en ligne) :

* François Bon, le tiers livre / Antoine Emaz posthume, Erre / YouTube (4 novembre 2022)

 

 

* revue Décharge / I.D. n°1018 Éteindre par Claude Vercey (17 novembre 2022)

* En attendant Nadeau / Antoine Emaz, le choix du peu par Marie Etienne (30 novembre 2022)

* Poezibao / (Note de lecture) Antoine Emaz, Erre par Alexis Pelletier (2 décembre 2022)

* Poezibao / (Note de lecture) Antoine Emaz, Erre par Christian Travaux (14 décembre 2022)

* En attendant Nadeau / A l'écoute (8 février 2023)

* Poesibao / Lettre à Antoine Emaz à propos de Erre par Jean-Pascal Dubost (13 février 2023)

* Le Matricule des anges n°240 - février 2023 (Critique Poésie) / Frères, qui après nous vivez... par Emmanuel Laugier

* Terre à ciel / Hep ! Lectures fraîches ! Erre, Antoine Emaz par Cécile Guivarch (février 2023)

* Terre à ciel / Repaires, repères - Erre, Antoine Emaz par Françoise Delorme (février 2023)

* Le temps / Caractères - Réponse à la nuit par Julien Burri (28 avril 2023)

 

ACHETER

James Sacré / Philippe Cognée

08/10/2022

James Sacré / Philippe Cognée

Cet ouvrage est composé d'aquarelles réalisées par Philippe Cognée accompagnées par des poèmes de James Sacré. Seuls les textes en regard des illustrations sont imprimés en une manière de palimpseste sur un feuillet remplié, grecqué et collé, dos inversé.

 

Revue de presse (en ligne) :

* terre à ciel / Repaires, repères par Françoise Delorme (juillet 2023)

 

ACHETER

Serge Pey / Richard Conte

25/05/2022

Serge Pey / Richard Conte

Cet ouvrage est composé de peintures réalisées par Richard Conte accompagnées par des poèmes de Serge Pey. Seuls les textes en regard des illustrations sont imprimés en une manière de palimpseste sur un feuillet remplié, grecqué et collé, dos inversé.

 

ACHETER

Revue Triages n°34

24/05/2022

Revue Triages n°34

Sommaire : 
CA QUI NOURRIT DEMAIN / Max Loreau Le matin d'Orphée par Stéphane Massonet

DES ÉCRITURES QUI FONT SIGNE / Bertjeff Agapes d'houles / Romain Bielawski Obsolescence / Floriane Durey Comme une aile repliée sous la peau / Bernard Granges Les luttes du silence / François Migeot Le cœur s'éloigne / Jean-Pierre Otte Les encyclies / Julia Peker La bascule du temps / Frédéric Teillard Griffures, Morsures / Thibaut Texier Le vent hanté

QUELQU'UN PASSE ET NOUS EMMÈNE / Philippe Boutibonnes Réponses vaines et équivoques

LES LANGUES DU MÉTIER. MATÉRIAUX POUR DIRE / Patricia Cottron-Daubigné L'enseignante et la poète accompagné d'un glossaire de Serge Martin
CE QU'ON VOIT NOUS PARLE AUSSI / Denis Pouppeville – Vincent Wackhenheim Peintre de l'autre côté – Gilbert Lascaut Les clowns, espiègles des banlieues (extrait)
ÉCHOS ET REGARDS / Claude Dehêtre Cantiner cantiller / Serge Martin Toute une vie dans une voix et James Joyce : de l'eau dans le gaz / du vent dans le brûleur / Noémie Parant L'Accident, lettre à tous les valides / Jean-Charles Vegliante Quasimodo (et cielo d'Alcamo) circulations infinies / Jacques Norigeon Quatre saisons en hiver.

 

ACHETER

Anthologie I Triages

23/05/2022

Anthologie I Triages

Sommaire :

Géraldine Geay Loin et souvent (poèmes virtuels) / Jean-Claude Leroy Corrige... / Veronica Michel Journal éclair l'heure de l'herbe qui pousse / Jacques Vincent Le parti-pris des songes.

 

Revue de presse (en ligne) :

* 30' d'!nsomn!e / Jacques Vincent, Le parti-pris des songes (9 février 2023)

* 30' d'!nsomn!e / Géraldine Geay, Loin et souvent par Jacques Vincent (20 avril 2023)

 

ACHETER

Anthologie II Triages

22/05/2022

Anthologie II Triages

Sommaire :

Antoine Bertot Les boucles d'automne / Mylène Duc Cendre indivise / Franck Lahbib Ton sourire déborde au-delà du chemin / Hisashi Okuyama Et à    Et à   Et à   Andante pour deux voix en écoutant Prélude et fugue en si mineur de J.-S. Bach.

 

ACHETER

Claude Adelen

21/05/2022

Claude Adelen

Et je ne sais ce qu’on pensera de « ces choses de caractère intime » comme disait Aragon, que j’ai évoquées pour chacun de ces proches compagnons de route. Ce que d’une certaine façon j’ai voulu, c’est montrer que le rapport d’amitié qui unit les poètes est fondé sur l’estime réciproque, et que la lecture de la poésie, est aussi une lecture « affective ». Oui, « Il faut être fidèle » comme l’a dit le poète Hölderlin ! Tel est l’objet de ce petit opuscule. C. Adelen

 

Revue de presse (en ligne) :

* En attendant Nadeau / Esquif poésie - L'attrait de la discrétion par Marie Etienne (7 septembre 2022)

* Revue Europe / Claude Adelen, Les poètes que j'ai connus par Ludwig Nalia (automne 2022)

 

ACHETER

Christian Lhopital

01/05/2022

Christian Lhopital

Huit dessins de Christian Lhopital traités en alugraphie sur grand papier pur coton et deux planches de texte de Fabrice Treppoz / L'ensemble, signé par les auteurs et numéroté de 1 à 30, est inséré dans un coffret au format de 40x50 cm., imprimé et façonné dans les ateliers de l'éditeur à Saint-Benoît du Sault en avril 2022.

 

... Nous sommes nés du grondement sourd de la matière. Tantôt enfoncés, engoncés jusqu'à la gorge dans une molle torpeur, comme engloutis dans un magma amorphe et spongieux. Tantôt putréfiés, pétrifiés dans une gangue d'angoisse, comme tétanisés jusqu'à la moelle. Liquéfaction ou inertie de l'être. Notre condition serait d'un tragique absolu si elle n'était pas cocasse et ridicule : la matière croupissante et flasque  où nous gémissons notre misère n'est souvent qu'une simple flaque d'eau ; le rocher de granit que nous hissons en vain au sommet de nos illusions n'est que la pauvre petite pierre qui roule sous nos pas. Il faut imaginer Sisyphe risible. Ni heureux ni malheureux, seulement risible. Bravaches, nous roulons notre bosse emphatique comme un trophée, nous escaladons les cols les plus pentus en criant victoire, mais en vérité nous sommes incapables de sortir le nez du guidon, de poser notre vélo et de contempler le paysage. Nous voilà ensablés jusqu'au cou, empêchés de parler, l'œil avalé par un flux de matière informe. le peu d'être qu'il nous reste s'enfonce dans les limbes. Du désir et de l'ennui. Du rêve et du cauchemar.  De la mémoire et de l'oubli. Et plus loin encoure, ou plus bas, plus profond, dans les limbes du mystère où se tissent la fine étoffe de l'existence et son frou-frou insolite... F. Treppoz

 

ACHETER

Gérard Titus-Carmel

22/04/2022

Gérard Titus-Carmel

Tirage limité à 29 exemplaires sous étuis accompagnés d'une lithographie signée de l'auteur.

2022, 148 p. / ISBN 978-2-84587-586-9 / Travers du temps constitue en quelque sorte,  une suite à Horizon d'attente. On sait le poids induit par ce concept usité en philosophie, une déraison du poème diront certains mais que seuls les poètes peuvent accepter tant la responsabilité rend enclin à la fuite de soi et dans le miroir... Gérard Titus-Carmel trouve dans cette formulation un achèvement qui rend possible le silence, son supplice et le passage du temps. Il s'agit d'une construction où s'emboîtent poèmes et apartés en prose afin de trouver une réponse formelle à la question d'un corps (d'une présence, donc) se découvrant un beau jour d'hiver décentré par rapport à un paysage qu'il connaît (ou croyait connaître) depuis toujours : de l'autre côté de la fenêtre devant laquelle il se tient à l'affût, voilà que le dehors familier se montre soudain de biais, comme si, lui aussi, s'était déplacé. S'installe alors un jeu de miroirs (et de mémoire) où se toisent les apparences.

 

ACHETER

Gérard Titus-Carmel

14/04/2022

Gérard Titus-Carmel

Travers du temps constitue en quelque sorte,  une suite à Horizon d'attente. On sait le poids induit par ce concept usité en philosophie, une déraison du poème diront certains mais que seuls les poètes peuvent accepter tant la responsabilité rend enclin à la fuite de soi et dans le miroir... Gérard Titus-Carmel trouve dans cette formulation un achèvement qui rend possible le silence, son supplice et le passage du temps. Il s'agit d'une construction où s'emboîtent poèmes et apartés en prose afin de trouver une réponse formelle à la question d'un corps (d'une présence, donc) se découvrant un beau jour d'hiver décentré par rapport à un paysage qu'il connaît (ou croyait connaître) depuis toujours : de l'autre côté de la fenêtre devant laquelle il se tient à l'affût, voilà que le dehors familier se montre soudain de biais, comme si, lui aussi, s'était déplacé. S'installe alors un jeu de miroirs (et de mémoire) où se toisent les apparences.

Une version de tête est disponible dans un tirage limité à 29 exemplaires numérotés et signés sous étuis accompagnés d'une lithographie signée de Gérard Titus-Carmel.

 

Revue de presse (en ligne) :

* lacauselitteraire.fr / Travers du temps, Gérard Titus-Carmel par Didier Ayres (11 juillet 2022)

* poezibao / (Note de lecture) Gérard Titus-carmel, Travers du temps par Michaël Bishop (24 juin 2022)

* delarthelvetiquecontemporain.fr / Gérard Titus-Carmel et "l'inscrutable beauté de l'absence" par Jean-Paul Gavard-Perret (30 mai 2022)

* lelitteraire.com / Gérard Titus-Carmel, Travers du temps par Jean-Paul Gavard-Perret (31 mai 2022)

* salon-litteraire.linternaute / Gérard Titus-Carmel et l'aventure humaine par Jean-Paul Gavard-Perret (30 mai 2022)

 

ACHETER

Michel Collot / Nils-Udo

12/04/2022

Michel Collot / Nils-Udo

Texte de Michel Collot sur une série de photographies de Nils-Udo

... Vu depuis le rocher des Fileuses, le spectacle était saisissant : la teinte claire du bois écorcé faisait ressortir contre le granite des falaises la silhouette de la demi-feuille et donnait une égale netteté à son reflet dans les eaux sombres de la Creuse, qui la doublait d’une moitié identique, de manière à donner l’illusion qu’elle était complète. La transparence de cette structure ajourée lui permettrait de se fondre dans son environnement : en s’offrant au regard, c’est le paysage qu’elle donnait à voir avec des yeux neufs. Le terme d’installation convient mal pour caractériser, ici comme ailleurs, l’intervention de NILS-UDO : il ne s’agit jamais pour lui d’occuper le terrain, encore moins de se l’approprier, mais au contraire de se plier à ses exigences et d’exalter le génie du lieu. Il vaudrait mieux parler d’un assemblage, qui rassemble et fait se ressembler les productions de l’art et les éléments naturels. Si les reflets dans l’eau fascinent tant NILS-UDO, c’est qu’ils illustrent la collaboration étroite entre l’artiste et la nature, qui suscite et complète l’image qu’il s’emploie à créer... M. Collot

 

ACHETER

Ariane Dreyfus

03/04/2022

Ariane Dreyfus

Préfacé par James Sacré, ce volume, en format poche, reprend et rassemble les titres L'Amour 1, Les miettes de décembre, La durée des plantes et La bouche de quelqu'un.

 

Revue de presse (en ligne) :

* terresdefemmes / Ariane Dreyfus Comme si c'était hier par Angèle Paoli (juillet 2022)

* lacauselitteraire / Comme si c'était hier, Ariane Dreyfus par Marc Wetzel (1juin2022)

* poezibao / Entretien avec Ariane Dreyfus par Isabelle Baladine Howald (16 mai 2022)

 

ACHETER

Jacques Ancet

02/04/2022

Jacques Ancet

Ce volume, sous format poche, est le prolongement de Le jour commence (Poèmes I - 1966-1976) publié en 2015. Il est composé de Zone franche (Poèmes II - 1974-1980) et de L'heure de cendre.

 

Revue de presse (en ligne) :

* la cause littéraire / Zone franche, Jacques Ancet par Didier Ayres (29 août 2022)

* Poezibao / (Note de lecture) Jacques Ancet, Zone franche par Yann Miralles (17 août 2022)

* 30' d'!nsomn!e / Jacques Ancet, Zone franche par Jacques Vincent (17 novembre 2022)

 

ACHETER